Killer

Le jeu dont vous êtes... la victime !

Accueil du site > Glossaire > couverture médiatique

couverture médiatique

Évidemment, si vous demandez à des sponsors de fournir des cadeaux (ne jamais demander d’argent, ça ne fonctionne pas, mais par exemple un grand fabricant de jouets m’avait fourni un énorme carton de gadgets sur un simple coup de fil), ils vont vouloir savoir si on va parler de l’événement, pour avoir un peu de pub en échange, le killer killer Jeu de rôle grandeur-​​nature qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes fac­tices, géné­ra­lement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant. lui-même touchant assez peu de monde. Quand vous aurez recruté cent joueurs, ce sera déjà un beau gros killer killer Jeu de rôle grandeur-​​nature qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes fac­tices, géné­ra­lement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant. . En théorie, vous devriez donc rameuter tous les journalistes de la planète. C’est là que je dis : gare, gare, gare !

Tous les jeux de rôle ont ça en commun : vus de l’extérieur, c’est-à-dire par un non-joueur, ils ressemblent à un sabbat chez les dingues. C’est un peu comme si on amenait un non-initié à un match de boxe, là où l’amateur éclairé voit de superbes uppercuts et de magnifiques crochets, le profane ne voit que des coups de poing sur la gueule. Cette remarque vaut aussi pour les parents, compagnes, professeurs, patronnes de vos joueurs. Ils peuvent devenir de merveilleux complices s’ils savent à quoi s’en tenir, ou de prodigieux emmerdeurs s’ils se braquent.

Méfiez-vous donc de l’image que vous projetez, et invitez plutôt la presse sur des points de scénario scénario Dans un jeu de rôle, his­toire mise au point par le maître de jeu et les autres orga­ni­sa­teurs éven­tuels, et dans laquelle les per­son­nages des joueurs seront insérés. En jouant, ils vont infléchir le dérou­lement de l’histoire. archi-préparés, voire demandez carrément aux joueurs de participer à une action un peu répétée (c’est mentir, comme dirait Souchon, mais bon...), plutôt que de lâcher un type avec une caméra au milieu de votre killer killer Jeu de rôle grandeur-​​nature qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes fac­tices, géné­ra­lement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant. . L’image du jeu et des joueurs en a déjà souffert par le passé, pas la peine d’en rajouter. « Ah, c’est normal que le môme ait attaqué le buraliste, il jouait à Donjons et Dragons ». L’information, ça se met en scène.

Filez-leur l’adresse de ce site, ça leur permettra de se renseigner avant de faire leur papier, et de se coucher moins bêtes. (J’ai le droit de me moquer des journalistes, j’ai moi-même commis quelques articles, dans le temps.)