Killer

Le jeu dont vous êtes... la victime !

Accueil du site > Glossaire > killer (ou killer game)

killer (ou killer game)

jeu de rôle grandeur-nature grandeur-nature Jeu de rôle où les joueurs sont sur leurs deux jambes, par oppo­sition au jeu « sur table » dans lequel les joueurs sont assis et se contentent de jouer leur rôle ver­ba­lement. qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes factices, généralement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant.

L’arme emblématique du Killer killer Jeu de rôle grandeur-​​nature qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes fac­tices, géné­ra­lement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant. est le pistolet à eau.

Pour que ce soit rigolo, on demande aux joueurs de faire preuve d’une certaine inventivité (déguisement, système à retardement...) et bien sûr la présence de témoins lors du meurtre est sanctionnée.

Dans sa version simple (pan-pan), le killer killer Jeu de rôle grandeur-​​nature qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes fac­tices, géné­ra­lement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant. est vraiment à la limite du jeu de rôle jeu de rôle Jeu qui consiste à inter­préter le rôle d’un pro­ta­go­niste (géné­ra­lement un héros) dans une his­toire. , plus près de la blague de potache. C’est d’ailleurs là son origine. Les killers plus organisés poussent les joueurs à interpréter un vrai rôle, compatible cependant avec la vie quotidienne (d’où le succès des scénarios d’espionnage : votre vie privée devient votre « couverture d’agent » ). Et le meurtre n’est plus forcément le but ultime. Il y a un scénario scénario Dans un jeu de rôle, his­toire mise au point par le maître de jeu et les autres orga­ni­sa­teurs éven­tuels, et dans laquelle les per­son­nages des joueurs seront insérés. En jouant, ils vont infléchir le dérou­lement de l’histoire. , géré par des organisateurs, et la réussite consiste à accomplir sa mission.