Killer

Le jeu dont vous êtes... la victime !

Inspiration cinoche

Highlander

Il ne doit en rester qu’un.

  Sommaire  

Rares sont les films qui fournissent des scénarios intéressants pour le Killer killer Jeu de rôle grandeur-​​nature qui consiste pour les joueurs à s’entre-tuer « pour de faux » avec des armes fac­tices, géné­ra­lement jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un qui est déclaré gagnant. .

Highlander est de ceux-là.

Pour les plus jeunes d’entre vous qui n’ont pas vu le film, autant vous le dire tout de suite : il n’a pas très bien vieilli.

 L’histoire

Un jeune noble écossais du seizième siècle découvre qu’il ne peut pas mourir. Gravement blessé lors d’une bataille il s’en remet contre toute attente et reçoit la visite d’un autre immortel qui lui explique sa destinée. Il ne peut mourir que s’il est décapité.

JPEG - 317.7 ko
L’arme de Conor McLeod est un katana japonais
http://fr.fotopedia.com/items/flick...

Les immortels parcourent le monde et s’affrontent en duel à l’épée. Le vainqueur décapite le vaincu et récupère sa force vitale, c’est le quickening.

Les règles : on ne se bat pas sur un sol sacré, et il ne doit en rester qu’un.

Évidemment, certains immortels sont plus « méchants » que d’autres et sont pressés d’en finir. C’est le cas du Kurgan, qui a bien l’intention de rester le dernier en lice.

Le film a donné lieu à des suites et des adaptations (séries, dessins animés). La bonne idée de départ s’est délayée en justifications foireuses, et au final il me semble que les Immortels sont des extra-terrestres.

Les histoires annexes sont pleines de décapitations pour mettre un peu de suspense dans la vie de nos immortels. La Révolution Française a beaucoup servi les scénaristes. Passons.

La force du film d’origine, c’est qu’il n’essaie pas d’expliquer d’où viennent les immortels, l’origine de leur pouvoir et leurs motivations. Faites comme lui !

 Le scénario scénario Dans un jeu de rôle, his­toire mise au point par le maître de jeu et les autres orga­ni­sa­teurs éven­tuels, et dans laquelle les per­son­nages des joueurs seront insérés. En jouant, ils vont infléchir le dérou­lement de l’histoire.

C’est presque trop facile !

Vos joueurs sont donc des immortels.

Ils se promènent avec une longue épée en mousse — très facile à dissimuler — et doivent être prêts à toute éventualité.

Tapez « épée en mousse » dans votre moteur de recherche préféré...

Ils ont un pouvoir de divination qui leur permet de recevoir des indices afin de localiser les autres immortels (traduction : les organisateurs leur envoient des énigmes pour trouver leurs adversaires).

La règle du « sol sacré » peut être adaptée à volonté afin de garantir la sécurité de vos joueurs : heures réservées au combat, obligation de défier l’adversaire avant de l’attaquer, interdiction d’attaquer un immortel occupé à gagner sa vie, etc.

On peut ajouter un « arbitre suprême » qui peut donner rendez-vous aux joueurs dans des endroits chargés de signification. À l’époque nous avions envisagé des combats à l’épée dans les plus beaux lieux de Paris : quais de Seine, arènes de Lutèce, Jardin des plantes, Trocadéro, jardin du Luxembourg...

J’ai rencontré (en 2012) aux Médiévales de Provins des joueurs qui s’affrontent régulièrement à l’épée dans les jardins de la Cité Universitaire Internationale à Paris.

Tip A Friend  Envoyer par email | Contacter l'auteur au sujet de cet article